dimanche 29 mai 2011

De l'agrume à lire et à manger - Des petits flans-crèmes au citron bergamote

.
        
.        
          Parfois, mes choix de lectures sont un peu étranges. Je peux choisir un livre pour son auteur, pour son histoire bien sûr, mais bien souvent mes choix se portent sur des critères plus inattendus. Notamment, en irréductible bibliophile, j’attache une importance toute particulière à l’objet livre (c’est pour ça que la liseuse électronique bein…ça va pas être possible quoi, du moins pas de manière récurrente et définitive). Un livre, c’est avant tout un objet qu’on triture, manipule, sent, un objet qu’on transporte avec soi. La couleur et la texture du papier, la manière dont il accepte d'être plié, le format, la charte graphique…toutes ces petites choses rendent le livre attachant et irremplaçable et créent des préférences, des petits faibles pour certaines éditions. Il y a Actes Sud (j’adoooore le format et certains de leurs auteurs sont pour moi "cultes"), Zulma (j’adoooore les papiers imprimés de couverture et la police mais malheureusement, je n’ai jamais été séduite par leurs auteurs…je me contente donc de les feuilleter chez le libraire), Philippe Picquier pour leurs récits délicats et leurs couvertures, la nouvelle collection Point2 dont je vous ai parlée ici et puis, bien sûr, les éditions Allia. Il m’arrive de lire un livre Allia juste parce que c’est un Allia. Je sais que je vais trouver dans ce petit écrin de papier velouté un texte exigeant et atypique…
Il y a eu L’Oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique de Benjamin et La Vision dionysiaque du monde de Nietzsche lorsque j’étais étudiante, d’autres par la suite, et plus récemment Alice Kahn de Pauline Klein sur les bons conseils de Patoumi, Les Derniers jours d’Emmanuel Kant de Thomas De Quincey, puis L’Agrume et Mon Grand-père de Valérie Mréjen.

L’Agrume m’a particulièrement marquée.


La plasticienne Valérie Mjéren écrit comme une plasticienne : par petites touches.

La narratrice raconte sa relation avec Bruno, alias « l’agrume », personnage salop et énervant, autant que la narratrice est naïve et…énervante. L’agrume est une sorte de dandy égocentrique et égoïste, un esthète de pacotille capable de s’extasier sur tout et n’importe quoi, mais jamais sur la femme qui l’accompagne. Cette femme justement se laisse complètement berner en avalant des mensonges tous plus gros les uns que les autres…Qui n’a pas vécu ce genre d’histoire bancale et sans intérêt où l’on s’acharne à se faire rouler ? Rien de plus agaçant toutefois que de le voir vivre par quelqu’un d’autre…Le lecteur se situe donc dans une ambivalence permanente…entre plaisir pris à la forme et agacement sur le fond…c’est assez étrange.

La forme justement. Ce texte est découpé en petits paragraphes, parfois deux lignes, comme autant de souvenirs furtifs, d’images de cette relation et de ce curieux personnage, sans qu’il n’y ait de lien temporel entre ces différents épisodes. Ce découpage ne fait rien de moins que restituer la vérité du souvenir, contrairement à la forme classique du roman, somme toute assez artificielle si on y réfléchit bien. En effet, la mémoire, loin d’être un fil tendu et homogène entre passé et présent, se présente plutôt comme un agrégat d’instantanés ayant sa logique propre…En cela, L’Agrume est un livre fort.
.



.
Bien moins énervants mais tout aussi délectables, ces petits flans-crèmes au citron bergamote sont un enchantement pour le palais !
L’incroyable parfum de cet agrume plutôt rare par ici se déguste à la petite cuillère.

Ingrédients pour 4 flans-crèmes

Le jus de 2 citrons bergamote
30 cl de lait
20 cl de crème fleurette
1 cuillère à café rase d’agar-agar
40 g de sucre

Mettre le lait, la crème, le sucre et l’agar-agar à chauffer dans une casserole. Couper dés que ça frémit.

Hors du feu, ajouter le jus de citron bergamote, mélanger à peine et verser aussitôt dans des pots ou coupelles.

Mettre au frais au minimum 2 heures avant de déguster bien frais.
.


Je vous laisse, je vais déguster le petit dernier...

.


.

8 commentaires:

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

En plus avec une cuillère en or... C'est princier... Je suis invité ? J'ai un beau et grand royaume, vous savez... Mais je suis déjà marié...

petitpotdebeurre a dit…

Magnifique!

Gen a dit…

Hum et tout en légèreté et fraicheur!

Christel a dit…

Tendrement gourmand! C

Cenwen a dit…

J'aime infiniment ton billet et ta manière "d'appréhender" Le Livre et les livres!:)

J'adore la bergamote! Je m'en sers dans les yaourts et les petites crèmes. Je te chipe ta jolie recette de flan!

Bonne journée:)

Chris a dit…

Laurent : non non, ce serait en tout bien tout honneur, j'ai moi aussi la bague au doigt :))
Ppdb : merci !
Gen : oui, c'est ça, ça descend tout seul :)
Christel : merci à toi
Cenwen : on ne peut pas dire que ça ait vraiment le goût de la bergamote...enfin, un petit peu mais il faut goûter, c'est indescriptible comme saveur !

CLquipopotte a dit…

J'adore ta photo de citron ... et je suis goûteuse de tous les yaourts qui se présentent à moi ...
Belle soirée ...
♥♥♥

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

Tu as encore trouvé du citron-bergamote ? La saison m'avait l'air passée depuis un moment...
les thés d'été me plaisent bien, chacun dans sa version..