samedi 3 septembre 2011

Maindanslamaindanslamain dans mes cheveux

       
          Aujourd'hui, point de recette ou de délire culino-littéraire...mais plutôt un petit portfolio d'une créatrice de bijoux que j'aime beaucoup...Je m'excuse par avance auprès de mes lecteurs mâles, encore que vous puissiez trouver là une idée de cadeau pour votre moitié :)
.




.
"
Jusqu’à présent, la maison d’édition Derrière la salle de bains c’était une soixantaine d’auteurs, dessinateurs ou photographes, parmi lesquels Darc (Daniel), Burroughs, Berquet (Gilles), Ginsberg, Tosches (Nick) – sans oublier Dagoit, LA Marie-Laure. Des êtres singuliers, étranges parfois, mais toujours cultivés qui se côtoient dans d’étonnantes collections de « livres façonnés à la main en France ». Plus précisément à Rouen rive gauche dans un « beautiful HLM ».
Depuis quelques mois, Marie-Laure Dagoit a enrichi ses créations littéraires par des bijoux, aussi originaux que charmants et raffinés. « Le point commun des deux aventures : tout est fabriqué à la main. Je me sers de mon expérience dans le livre, pour faire de beaux packagings. Disons que j’ai gagné du temps puisque j’avais déjà les boîtes, les typos, le papier. Le problème pour les bijoux, comme pour les livres, c’est que j’ai trois idées à la seconde. Là, en ce moment, j’ai très envie de faire une belle rubrique « Enfants » avec des barrettes, des serre-têtes… J’ai acheté de la marchandise. Je vais le faire sous peu. Pour les éditions, je vais développer mon réseau d’abonnés. 65 pour l’instant. J’aimerais l’étendre et ne plus fabriquer que pour les lecteurs ayant un abonnement. C’est un peu utopique. Mais j’aime bien l’idée », confie la pudique et débordée éditrice.
Rétro et chics, raffinées et romantiques, cheap et amusantes, c’est avec poésie et originalité que ces collections naissent au jour le jour dans la boutique de vente en ligne.« L’année dernière pour mon anniversaire, j’avais envie de réaliser quelque chose qui me tenait à cœur. Je suis allée une semaine sur l’Île de Ré, à La Flotte. Après trois jours à ne rien faire, j’ai relancé cette idée qui trottait dans ma tête. Mon fils Georges, avant de partir, m’avait demandé comment j’appellerais cette maison de bijoux. J’ai répondu spontanément : Main dans la main. Plus tard, j’ai ajouté un Dans la main de plus. Au final, ça donne : Main dans la main dans la main. Un hommage flagrant au « Rose is a rose is a rose is a rose » de Gertrude Stein. »
(…)
Quant aux délectables « aventures » de l’éditrice à facettes et de son chat Léo, elles se dégustent quotidiennement sur Facebook. Le réseau social qui réunit d'assidus abonnés et des admirateurs transis. « Facebook me sert à vendre les livres ou les bijoux. Je m’en sers comme d’une boutique. Je joue à la marchande. Si je n’avais rien à vendre, je n’y serais pas ! » La franchise ne nuit pas à l'art et à l'avant-garde de la tendance.
"
Alain Lemarchand
.




.
Recevoir un colis Maindanslamaindanslamain, c'est entrouvrir délicatement un papier de soie pour découvrir d'adorables petites boîtes, une plume, des napperons, des cartes anciennes qui servent de présentoirs aux barrettes...Tout est délicieusement rétro, avec parfois une petite touche gothique ou carrément décalée. Je suis sous le charme ! 
Chaque pièce est réalisée en édition limitée et des nouveautés apparaissent presque chaque jour sur la boutique en ligne.
Un conseil : surveillez la page Facebook :)

Facebook
.


.
.

3 commentaires:

LE BLOG D'ANNIE a dit…

Originalité , créativité, jolies photos

ANNA

Babeth59 a dit…

très contente d'être passée ici par hasard!...je vais tout faire pour retrouver le chemin!...

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

Les mâles te pardonnent... Car eux-aussi ont des cheveux, parfois... Enfin, moi, j'en ai... Non, je ne les perds pas !!! Pas même de cheveux blancs !!! Bon, maintenant, çà suffit ! Je ne suis pas vieux ! ;))